Location de bien immobilier : les précautions à prendre en tant que propriétaire

L’immobilier locatif est certainement l’un des placements les plus rentables. Pour autant, il n’est pas sans inconvénient. Entre les loyers impayés et les possibles conflits entre bailleur et locataire, il est nécessaire de prendre des précautions pour protéger vos intérêts en tant que propriétaire. Justement, quelles dispositions pouvez-vous prendre en ce sens ?

Souscrivez une assurance loyers impayés

Les loyers impayés font partie des problèmes les plus récurrents auxquels sont confrontés les propriétaires immobiliers. Face à ce risque de défaillance de la part du locataire, vous pouvez souscrire une assurance contre les loyers impayés. Accessible auprès de compagnies d’assurance comme le souligne à titre informatif la MAIF, ce type de contrat est bénéfique pour les propriétaires bailleurs à plus d’un titre.

A lire aussi : Rembourser à 100 % les médicaments d’un enfant diabétique

En effet, à la faveur de la garantie loyers impayés (GLI), votre assureur s’engage à vous payer les arriérés de loyers dus par votre locataire, de même que les charges qui lui sont échues par le contrat de bail. Pour bénéficier de l’indemnisation via une GLI, vous devez payer à votre assureur un montant équivalent à 2,5 à 5 % du montant du loyer annuel.

Dans certains cas, ce contrat d’assurance couvre même les éventuelles détériorations immobilières, les frais de protection juridique, un départ prématuré du locataire et le risque de vacances locatives. Même si vous n’aviez pas souscrit une telle assurance au début du bail, il est possible de le faire en cours, alors même que le locataire a déjà intégré le logement.

A découvrir également : Quelles sont les garanties obligatoires pour une assurance emprunteur ?

Propriétaire bailleur: souscrivez une assurance contre les loyers impayés

Faites correctement l’état des lieux d’entrée

La réalisation d’un état des lieux au moment de la mise à bail d’un bien immobilier et de la sortie du locataire est une obligation légale. Le défaut d’état des lieux ou un état des lieux mal réalisé est une autre source de conflits entre bailleur et locataire. Il est donc important d’anticiper une telle situation, en réalisant un état des lieux en bonne et due forme.

Un bon état des lieux est constaté par écrit sur papier ou sur support électronique. Il doit être daté et signé par les deux parties. De plus, l’état des lieux doit être disponible en plusieurs exemplaires, afin que toute personne intéressée puisse en disposer. En cas de conflit, chaque partie peut le brandir pour défendre ses intérêts et faire foi. L’état des lieux est réalisé à l’entrée et à la sortie du locataire.

Doivent y figurer les informations suivantes :

  • la date de réalisation de l’état,
  • la localisation du bien,
  • le domicile du propriétaire,
  • le nom ou la dénomination des parties,
  • les relevés de compteur d’eau et d’électricité,
  • la description détaillée et précise de l’état des sols, murs, plafonds et des équipements du logement.

Il arrive qu’au moment de la sortie du locataire, le propriétaire constate des détériorations importantes au sein du logement. L’état des lieux permet de savoir si une partie de la caution du locataire doit être conservée par le bailleur afin de procéder aux réparations de ces désordres. En comparant les deux états des lieux, les responsabilités des désordres sont rapidement situées.

ARTICLES LIÉS